Little Italy

Déjeuner en famille rue Montorgueil dans le quartier des halles. Direction Little Italy.

20131123-135426.jpg

20131123-140204.jpg


« Qu’est-ce que la gloire de Dante à côté de celle des spaghettis ? » Pazzolini, 1954

Comment la cuisine italienne est passé d’une mosaïque de terroir à l’international Food (pizza, spaghetti…) ?

L’Italie c’est d’abord un territoire ouvert sur 4 mers aux poissons différents (mers de Ligurie, Adriatique, Tyrrhénienne et Ionienne). Un lieu d’échange : avec la France et l’Allemagne, mais aussi avec tout le bassin méditerranéen.

Historiquement, la cuisine italienne vient de la cuisine romaine. Mais il faut entendre le XIIIe siècle pour voir le premier livre de cuisine vraiment italien, le Liber de Coquina.

Manger italien c’est avant tout manger des légumes et des herbes : aubergine (introduites par les commerçants arabes depuis l’Espagne et la Sicile), haricots verts, fenouil (XVIe siècle), tomates (XVIIe siècle seulement sur influence Espagnole), pomme de terre (XVIIIe siècle), ou poivron (XIXe siècle). Quant à la méridionalisation de la cuisine italienne, elle est née seulement au début du XXe siècle avec le tourisme balnéaire.

Et les pâtes ? Connu dès les romains qui préparaient des lagana, large bande de pâte faite de farine et d’eau, ancêtre de la lasagne, le fait de bouillir les pâtes remonte au Moyen Age. Quant aux pâtes sèches, elles proviennent probablement des arabes , pour garantir leur conservation lors de traversé du désert. 

L’alimentation italienne évolue entre habitude et progrès jusqu’à son internationalisation qui ne prend essor qu’après la seconde guerre mondial (Pizza n’entre au Larousse gastronomique qu’en 1938).

L’histoire de la cuisine italienne montre comment de contraintes physique et économique se créer une culture, c’est aussi à table que ce créer une nation.

A lire : le superbe livre d’Alberto Capatti et Massimo Montarani, La cuisine italienne, histoire d’une culture, 1959, Seuil 2002, 423p.


Au menu, pour moi, Gnocchis/speck/tomates/roquette/parmesan. Très bon, avec des produits frais. Simple et efficace.

20131123-140834.jpg


Le Gnocchis est une boulette ovale à base d’un mélange de farine de blé et de pomme de terre (ou seulement de blé dur), pochée à l’eau, puis généralement gratinée au four avec du fromage. Désignant vers le XVe siècle un petit pain rond à l’anis , le terme Gnocco viendrait d’un mot vénitien désignant un nœud dans un tissus (même si certains étymologistes présentent une piste niçoise).


 

Dans les autres assiettes des tortellinis/asperges/bresaola, à la fois doux et très bon, des pennes all’arrabiata bien pimentés et des salades fraîches et goûteuses.

20131123-141030.jpg

En dessert un tiramisu bon mais un peu lourd et fort en café pour moi (mais c’est une question de goût).

20131123-141403.jpg


En italien tiramisu veut dire « tire-moi en haut » ou plus poétiquement « emmène-moi au ciel »


Un cheesecake aux fruits rouge un peu lourd également mais très bon. Des desserts très riches et très gourmands.

20131123-141520.jpg

Bref, un bon restau italien, un peu cher, quartier oblige (12€ pour une salade, 15/16€ pour les pâtes, 6/7€ pour le dessert) mais vraiment sympa. Un vrai morceau d’Italie avec une cuisine de produits frais, et un serveur (italien) qui a la tchatche sans en faire trop. Bravo !

Little Italy Caffe, 92 rue Montorgueil, 75002 Paris

Publicités
Cet article, publié dans Cuisine, Lieux, Sorties, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s